RDV téléphonique gratuit Devis sur mesure

Vietnam - Cambodge - Laos - Thaïlande - Birmanie

Dans l'intimité d'un génie

 En complément du film « Le Vrai Einstein », qui retrace la vie du célèbre physicien, « Sciences et Avenir » publie une lettre inédite de son petit-fils. 
 
JE L’AI AIMÉ DÈS LE PREMIER REGARD. » C’est un flash-back plein d’émotion que nous vous proposons ci-contre, en compagnie du petit garçon arrivé d’Europe en 1938 à l’âge de 8 ans, et qui découvre aux États-Unis son grand-père Albert Einstein. Un document écrit par ce petit-fils décédé en 2008, mais que la réalisatrice Françoise Wolff, Grand Prix Jules Verne, actuellement présidente de la commission de sélection des films en Belgique, a précieusement conservé. Sciences et Avenir, à qui elle l’a confié, a l’honneur de le publier en exclusivité en français pour ses lecteurs. Et ce, à l’occasion de la sortie nouvelle du film Le Vrai Einstein, un mythe, un homme,qui accompagne notre dossier consacré aux bizarreries du temps et de l’espace-temps.
 
 
Ce témoignage touchant de Bernhard Caesar Einstein, sous forme d’une longue lettre en anglais tapée à la machine, était parvenu trop tard pour qu’il soit inséré dans le documentaire, diffusé sur la chaîne Arte en 1997. Françoise Wolff s’en souvient encore avec émotion, elle qui avait enquêté plus de deux ans et « pour la première fois filmé les archives conservées à l’Université hébraïque de Jérusalem ». Ce petit-fils, qui avait partagé un temps la vie du physicien mondialement connu et pouvait en témoigner directement, avait autorisé la diffusion de ses écrits « en rapport avec le film, dont il agréait le propos », nous a précisé la réalisatrice.
 
À la lecture de ces souvenirs, remontent des anecdotes du quotidien ordinaire (petit déjeuner sans chaussettes, improvisations de violon, balades en voilier...) d’un grandpère extraordinaire. Mais aussi des remarques politiques (« il fallait barrer la route à Hitler », les difficultés avec les autorités de Robert Oppenheimer, père de la bombe atomique...) ou la vision d’un scientifique sous un nouveau jour (Wolfgang Pauli, très peu expansif...).
 
C’est un peu dans l’intimité de l’homme remarquable que nous entrons furtivement. Dans le film de Françoise Wolff et Tristan Bourlard, on le retrouve allongé sur l’herbe et tout de blanc vêtu, le regard perdu au loin, vers la mer. On le dirait heureux, lui pour qui « le bonheur n’est jamais apparu comme une fin en soi ». Peut-être songe-t-il à son voilier sur lequel il a partagé bien des balades avec son petit-fils. Émouvantes images d’archives. « Nous nous posions la question : derrière le créateur, quel est l’homme ? » rappelle Françoise Wolff. Non pour «faire du people ! mais pour comprendre son attitude profonde ». L’homme qui disait : « La plus grande joie est la joie de la pensée. » L’homme derrière le mythe qui n’a cessé de grandir après sa mort en 1955. L’homme derrière l'icône dont on a gardé le cerveau, telle une relique (à analyser ultérieurement pour traquer le génie ! lire aussi S. et A. n° 791, janviet 2013). Et dont même les yeux lut eu conservés. C’est vrai qu’on l’aime dèsl premier regard!
 
 
Envoyer à vos amis Imprimer
Mettre à jour : 09-02-2017

Les autres

Appréciations par VIDÉO
Aide en ligne
Yahoo Support
Skype Support
Hotline : +84 912 264 631
--------------------------------------
Pourquoi Nous ?
1.    Agence locale - sans intermédiaire

2.    Voyage authentique

3.    Disponible 24/7

4.    Réponse prompte

5.    Engagements qualité

6.    Sérénité et garanties

7.    Flexible et personnalisé

Témoignages

Découvrez les témoignages de nos voyageurs. Ils reviennent de voyage et vous font part de leurs avis et de leurs impressions.